Actualités

  1. Accueil
  2. Actualités
  3. Actualités
  4. Boursier du mois : Bourse de recherche en anesthésie générale, Thaïlande

Boursier du mois : Bourse de recherche en anesthésie générale, Thaïlande

Le Dr Tun Tun Hlaing nous montre ce qu'est une formation au Bangkok Anaesthesia Regional Training Center (BARTC).

FMSA : Bonjour, pouvez-vous vous présenter ?

Dr Hlaing : Je m'appelle Tun Tun Hlaing. Dans mon pays, je suis anesthésiste à l'hôpital général de Yangon, au Myanmar, où je suis responsable de la gestion quotidienne des salles d'opération, au cas par cas. Je guide et enseigne également aux jeunes résidents dans le cadre de l'apprentissage en groupe en tant que chef d'équipe. 

Actuellement, je suis boursier en anesthésie générale pour 2023 dans le cadre du programme du Bangkok Anesthesia Regional Training Center (BARTC), parrainé par la Fédération mondiale des sociétés d'anesthésiologistes (WFSA).

[Le programme BARTC est une communauté d'anesthésistes des pays asiatiques qui travaillent ensemble pour améliorer la formation et la pratique de l'anesthésie. Un boursier BARTC travaille dans trois hôpitaux universitaires de la région de Bangkok : l'hôpital Siriraj, l'hôpital King Chulalongkorn Memorial et l'hôpital Ramathibodi.]

WFSA : Qu'est-ce qui vous a attiré dans cette carrière ?

Dr Hlaing : Tout comme un pilote joue un rôle important dans la sécurité des voyages aériens, un anesthésiste joue un rôle tout aussi important dans la salle d'opération. La responsabilité est grande ; pour assurer une anesthésie sûre, l'anesthésiste doit veiller à ce que l'induction, le maintien et le rétablissement de l'anesthésie générale se déroulent sans heurts.

Nous sommes également chargés de la réanimation d'urgence, de la gestion des voies respiratoires, de la gestion de la douleur postopératoire aiguë et des soins aux patients gravement malades dans l'unité de soins intensifs. C'est la raison pour laquelle je suis passionnée par cette carrière extraordinaire.

FMSA : Pourquoi avez-vous posé votre candidature à la bourse ?

Dr Hlaing : Pendant mon internat au Myanmar, mes aînés étaient d'anciens étudiants du programme BARTC. Ils m'ont fait part de leurs idées et de leurs expériences, et j'ai été inspirée par la gentillesse avec laquelle ils traitaient les patients. J'étais motivé pour participer à ce programme afin de relever de nouveaux défis et de vivre de nouvelles expériences et, à l'instar de mes aînés, d'influencer la jeune génération d'anesthésistes au Myanmar.

La Thaïlande dispose d'un système de santé performant et avancé. Les hôpitaux peuvent gérer efficacement des opérations complexes et avancées, tout comme d'autres pays développés. Grâce à ma bourse, j'espère acquérir de l'expérience dans ces opérations et apprendre à utiliser des moniteurs et des machines modernes que j'ai rarement l'occasion d'utiliser dans mon pays.

En outre, en tant que membre de l'ethnie Shan, étroitement liée aux Thaïlandais par le sang, j'ai toujours voulu explorer nos cultures communes et similaires, telles que les traditions, la langue et la nourriture. 

ASMF : À quoi ressemble une journée moyenne à la bourse ?

Dr Hlaing : Cela varie - le lundi et le mardi, il y a une discussion sur un sujet ou un cas intéressant via Zoom dans la matinée. Ensuite, j'arrive généralement à l'hôpital vers 8h30 et je me rends dans la salle d'opération qui m'a été attribuée pour examiner les cas de la journée.

Je fais un briefing sur le cas et je discute de la gestion du cas avec mon consultant responsable. Ensuite, je commence l'opération - pendant le cas, j'ai l'occasion de discuter avec mon consultant et d'apprendre de lui.

Tous les vendredis, j'assiste à une conférence aux hôpitaux Siriraj, Chula et Rama avec d'autres boursiers BARTC.

FMSA : Quels sont les points forts de votre bourse jusqu'à présent ?

Dr Hlaing : J'ai vraiment apprécié de visiter les hôpitaux les plus populaires de Thaïlande, ce qui m'a donné l'occasion d'apprendre différents aspects de l'anesthésie auprès d'une variété de consultants et de professeurs.

J'ai également rencontré de nombreux Ajarns - un mot thaïlandais qui signifie instructeur - qui sont des experts dans diverses sous-spécialités de l'anesthésie. Pour moi, la partie la plus bénéfique du stage est la possibilité d'accéder aux techniques et concepts les plus modernes pour les cas complexes auprès de ces instructeurs, et de discuter et d'apprendre en profondeur avec eux.

J'ai également rencontré des boursiers BARTC d'autres pays asiatiques, ce qui m'a permis de discuter, de partager et d'apprendre sur les systèmes de santé, la pratique clinique et d'autres cas particuliers. Nous avons apprécié de partager nos cultures, nos traditions, nos croyances et nos pratiques.

WFSA : Quelle a été l'affaire la plus marquante pour vous ?

Dr Hlaing : Il s'agit du cas d'un homme de 53 ans chez qui on a diagnostiqué une gangrène du pied gauche en vue d'une amputation sous le genou. Il présentait de nombreuses maladies sous-jacentes, telles que l'hypertension, un diabète sucré mal contrôlé, une maladie rénale chronique de stade III, l'obésité (IMC = 35 kg/m2) et un risque élevé d'anesthésie générale.

Comme il ne pouvait pas s'allonger à cause de la dyspnée et de l'inconfort de la position couchée, nous n'avons pas pu lui administrer d'anesthésie rachidienne pour l'opération. Après discussion avec Ajarn, qui est un expert en anesthésie régionale, ils ont décidé de procéder à des blocs nerveux périphériques guidés par ultrasons (bloc du nerf fémoral combiné à un bloc poplité). Le patient a été maintenu en position tête haute à 30° avec de l'oxygène via une canule nasale. L'opération a duré une heure et demie et s'est déroulée sans incident.

J'ai beaucoup appris de cette expérience, notamment sur la manière de choisir le type d'anesthésie le plus approprié pour les patients à très haut risque. J'ai également appris à communiquer efficacement avec les patients et les autres experts. Ce cas a eu un impact profond sur ma compréhension de la médecine et mon approche des soins aux patients et m'a montré l'importance de la compassion, de la communication et du travail d'équipe.

Photo de bienvenue avec le Dr Hlaing (au milieu) et ses collègues

WFSA : Quelles sont les compétences transférables que vous avez acquises et qui pourraient être appliquées dans votre pays d'origine ?

Dr Hlaing : J'ai acquis de nombreuses compétences techniques, mais aussi des compétences non techniques qui peuvent être plus efficaces dans le système de santé de retour au Myanmar. Il s'agit notamment de l'importance des soins centrés sur le patient, du travail d'équipe et du respect.

À mon retour, j'espère pouvoir partager avec mes collègues toutes les expériences que j'ai acquises dans le cadre de ce programme, qu'elles soient techniques ou non.

WFSA : Aimez-vous vivre en Thaïlande ?

Dr Hlaing : Oui ! J'aime la nature accueillante et ouverte des Ajarns, des collègues et des autres boursiers internationaux. Ils sont toujours prêts à discuter de tout ce qui touche à la pratique quotidienne et à partager leur culture et leur vie quotidienne avec moi. 

Les Thaïlandais sont très chaleureux et amicaux, tant dans l'environnement de travail qu'en dehors - et j'aime beaucoup la nourriture thaïlandaise !

La FMSA offre ses bourses aux anesthésistes des pays à revenu faible ou moyen afin qu'ils améliorent leurs compétences et deviennent des leaders de l'anesthésie une fois rentrés chez eux. Prochaines bourses de la FMSA et comment postuler.

Haut de page